Cette semaine, Manue partage avec vous sa nouvelle créa qui fera battre votre cœur!

“Heartbeat” (rythme cardiaque), de la série DELTA, vous emmène au cœur d’une thématique qui regorge de symbolisme depuis l’antiquité.

Bien plus que la pulsation d’un organe vital qu’est le cœur, il est l’indice premier de la vie.

A l’image de l’extension et la contraction de l’univers, le battement est le rythme de la vie.

Le cœur, cet organe vital, essentiel au corps humain… Plus, qu’un organe, il est un symbole aux multiples interprétations comme les sentiments, la volonté ou encore le centre, l’essence, l’importance des choses.

“Hearbeat” est un battement de cœur, il peut-être le premier comme le dernier.

Il peut-être un instant, l’essence d’un sentiment ou le centre d’une émotion.

Peut-il être la résonance de l’âme ou l’écho de l’harmonie avec l’univers ?

Heartbeat

Heartbeat

49,5 X 39,5 cm – Peinture en bombe, acrylique sur toile – 2017

Hearbeat, 49,5x39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile
Hearbeat, 49,5×39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile

 

“On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel reste invisible pour les yeux”

Saint-Exupéry, “Le petit prince”

 

Hearbeat, 49,5x39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017
Hearbeat, 49,5×39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017 (détail)

“Heartbeat” (rythme cardiaque) est une réflexion sur le battement du cœur, ce qu’il évoque et comment chacun de nous peut y voir une résonance…

Si l’on s’arrête seulement au coté physiologique, il est une notion qualitative qui indique la manière dont s’effectue une révolution cardiaque, la façon dont chaque cycle se succède. Ce rythme cardiaque est à l’origine la contraction et l’expansion des ventricules.

Hearbeat, 49,5x39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017
Hearbeat, 49,5×39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017 (détail)

Il est souvent confondu ou associé à la fréquence cardiaque qui est le nombre de battement par minute qui est donc une notion plus quantitative.

Le rythme cardiaque est le battement produit par le cœur, organe vital qui a pour rôle de pomper le sang en se contractant pour le ré oxygéner.

De ce fait, il est le centre de la vie et, depuis l’antiquité, on lui associe nombre d’analogies encore très présentes aujourd’hui.

Hearbeat, 49,5x39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile
Hearbeat, 49,5×39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017 (détail)

Le cœur siège des qualités morales, des émotions, des passions, de la volonté, de la pensée, etc.

Ses analogies sont reprises dans de nombreuses religions (symbole de l’amour divin dans le catholicisme).

Symbole de l’amour de façon métaphorique, il peut, plus largement, être aussi le cœur d’un problème, ce qui est le plus important, d’essentiel dans notre inconscient.

Cœur vient d’une racine indo-européenne : Kerd : cœur, représentée en grec par Kardia. En latin par : cor, cordis : cœur, siège de l’intelligence, des sentiments, de la volonté. »

Le battement du cœur, en tant que “contraction et expansion” est l’expression de la vie tout comme l’univers a des cycles d’expansion et de contraction.

Le battement de cœur est un mouvement, un temps, il résonne en nous pour nous dire que nous sommes vivants.

Il résonne en harmonie avec l’univers.

Hearbeat, 49,5x39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017
Hearbeat, 49,5×39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017

En poussant l’analogie avec le cycle de l’univers : ce que chacun de nous doit tenter de comprendre, d’assimiler au quotidien : c’est avant tout de rendre, redonner, répandre, ce que nous prenons, absorbons, assimilons…

Et comme le dit bien mieux que moi Victor Hugo :

« L’Esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le Cœur s’enrichit de ce qu’il donne. »

Hearbeat, 49,5x39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017
Hearbeat, 49,5×39,5 cm, peinture en bombe, acrylique sur toile, par Manue Prudhomme, 2017 (détail)

Je dédie, cet article, à ceux qui font battre mon cœur, le régénère, me réconcilie avec lui.

Je le dédie, aussi, à ceux dont le battement de cœur n’est plus perceptible mais dont l’écho résonne encore en nous tous les jours.

Je dédie cet article à ceux dont le cœur est aussi grand que l’univers.

Aux petits cœurs, aux grands cœurs qui mettent du cœur à l’ouvrage pour nous rendre meilleurs!

Manue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *