bouddha de leshan noir et blanc

Pour faire résonnance à l’article sur les bouddhas de Bamiyan, saviez-vous que le bouddha Leshan est le plus vieux et le plus grand des bouddhas? Découvrons ensemble son histoire et sa beauté fascinante!

Le bouddha “à hauteur des nuages”:

Ce bouddha, du haut de ses 71m et 28m de large est la plus monumentale des statues de bouddha au monde. Taillé à même la falaise du mont Lingyun situé au Sichuan au bord de la rivière Min. Il est inscrit au patrimoine mondial de L’UNESCO EN 1996. C’est le premier lieule bouddhisme est apparu en Chine au premier siècle de notre ère.

bouddha de leshan3

Sa tête fait 14,7 mètres de haut. Chaque œil mesure 3 mètres de long, et chaque oreille 7 mètres. Le majeur de la main de Bouddha mesure 8 mètres de long, et sa tête est ornée de 1021 petits chignons de cheveux enroulés, taillés dans des blocs de pierre encastrés comme des chevilles.

Guerrier de 8m

guerrier de leshan

De part et d’autre de la statue, on peut trouver des guerriers plus petits de 8m de haut. Sur la colline derrière, on trouve l’extraordinaire pagode Lingbao qui date, elle aussi, de la reprise des travaux par le gouverneur militaire.

Pagode Lingbao

leshan pagode2

 

Histoire et légende du Maitreya:

Cette statue a été édifiée entre l’an 713 et 803 de notre ère, par un moine du nom de Hai Tong, souhaitant protéger les marins passant le confluent des trois rivières (Dadu, Qingyi et Minjiang ) et aussi pour prévenir les inondations de la ville de Leshan plus au sud, il est aussi appelé Maitreya (amical ou bienveillant en sanscrit), ou bouddha du futur.

Site de Leshan vu de l’autre rive du fleuve

leshan fleuve

Lorsque l’édification du bouddha fut menacée par des problèmes de financement, la légende dit que Hai Tong s’arracha les yeux pour prouver sa sincérité et sa piété. Il termina ensuite sa vie dans la caverne d’une ancienne tombe abandonnée.

Après la mort de ce dernier, les travaux furent interrompus faute de financement. Ils seront repris 70 ans plus tard grâce au financement du gouverneur militaire de la région et terminés par les disciples de Hai Tong.

Bouddha de Leshan vu du ciel

On raconte, qu’une telle quantité de matériau fut arrachée de la montagne
(et transportée dans le lit du fleuve)et que, cela permit effectivement de réduire les remous du fleuve facilitant ainsi la navigation.

Pont menant au site

pont de leshan

 

Dégradation et restauration :

Ce bouddha monumental de Leshan est taillé dans la roche et comporte un système de drainage caché très ingénieux qui limite, mais ne supprime pas l’érosion naturelle, accentuée par la destruction par les Ming d’un immense bâtiment qui protégeait la statue à l’origine.

Bouddha avant restauration

leshan_buddha_18

Il souffre aujourd’hui de la pollution dû au développement industriel effréné de la région.

Les mesures de protections inadaptées, la pollution atmosphérique, le développement touristique s’ajoutant à cela les conséquences négatives, sont inévitables.

 

Escalier originel qui mène au bouddha

escalier de leshan

escalier2 leshan

Main en cours de nettoyage

La reconstruction du bâtiment en bois de 13 étages qui protégeait le bouddha à l’origine, est parfois en projet.

Malgré 6 campagnes de restauration, ces dernières ne résolvent pas les problèmes liés à sa dégradation.

8 millions de dollars furent débloqués grâce au placement du bouddha au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1996. 2 millions ont déjà été employés à la protection de ce dernier. Les fissures furent bouchées (dont une de 4m à la base de la statue) et le système de drainage fut refait. Le visage fut aussi nettoyé et le corps débarrassé de la végétation.

Bouddha après restauration

leshan_buddha_5 tete

Bien que des techniques modernes furent utilisées pour diagnostiquer l’étendue du chantier, c’est avec des matériaux traditionnels qu’il a subi ce lifting monumental.

leshan bouddha pied

La seconde phase des travaux a été dédiée au drainage du corps, la protection des pied des méfaits de l’eau et à l’imperméabilisation de la statue entière.

 

En conclusion, la construction de bouddhas géants est sans doute issue de la tradition indienne qui, par la suite, s’est répandue en Asie.

Les seuls bouddhas antiques équivalents sont ceux de Bamiyan en Afghanistan détruits, eux, en 2001.

On distingue deux poids, deux mesures, dans les politiques de sauvegarde de telles œuvres monumentales ; l’une incapable de sauver de la destruction humaine, l’autre mettant des moyens conséquents pour garder le dernier des plus majestueux “bouddha du futur”…nom, somme toute prémonitoire??

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources :
Wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *