bouddhas de Bâmiyân 1972

Connaissez-vous l’histoire des bouddhas de Bâmiyân?
Wonderful-Art vous emmène en Afghanistan, dans la vallée de Bâmiyân,
l’art des statues monumentales atteint des sommets
Des bouddhas de 53m de haut, qui vont connaître un destin…

 

La vallée de Bâmiyân en 2007 vu du ciel

vallée de bamiyan en 2007

La vallée de Bâmiyân est située au centre de l’Afghanistan. Elle est connue pour son incroyable site, aujourd’hui disparu

Dessin des bouddhas de Bâmiyân

dessin des bouddhas de bamiyan

Elle abrite, jusqu’en 2001, 3 statues monumentales de bouddha et nombre de cavités décorées.

Statut bouddha de Bâmiyânbamiyan bouddha 2

 

L’origine :

Les archéologues sont très prudents quand à la date où elles ont été sculptée.

Le site entier et les travaux sont datés entre 300 et 700 après J.C.
– Le grand bouddha de 53m daterait du Vème siècle,
– celui de 38m daterait de la seconde moitié du IIIème siècle,
– le troisième buddha de 10m, plus grossièrement sculpté lui daterait du V, VIème siècle, voire plus tard, il se situe à 4km à Kakrak,
– le 4ème bouddha est allongé et mesurerait 300m, il est mentionné dans d’ancien texte et serait enfoui sous les alluvions de la vallée.

Statut bouddha de Bâmiyân3ieme bouddha de bamiyan

buddha de bamiyan 4

Les décors peints sur les statues, les parois et les niches, eux, auraient été exécutés durant les siècles suivants.

Fresque des cavités de Bâmiyân

fresque de bamiyan2

Des archéologues afghans ont trouvé un bouddha allongé de 19m récemment, il est en cours d’analyse sous la tutelle du professeur honoraire de l’université de Strasbourg, “Zemaryalaï Tarzi”.

Située sur la route de la soie, la vallée de Bâmiyân, devient au IIème siècle, un centre religieux important jusqu’ à  l’arrivée de l’Islam au IXème siècle.

 

Vallée de Bâmiyânvallée de bamiyan 2

Ce centre accueille, à l’époque, nombre de moines et d’ermites, qui résidaient dans les petites cavités creusées dans la falaise tout le long de la vallée.

Reconstitution d’un bouddha de Bâmiyân

Reconstitution d’un bouddha de Bâmiyân

Un pèlerin bouddhiste en 632 décrit ainsi le site:

… centre bouddhiste en plein épanouissement, comptant plus de dix monastères et de plus de mille moines.

 

 

La réalisation :

Ces bouddhas gigantesques ont été directement sculptés dans la falaise de grès, les détails eux ont été modelés avec un mélange de stuc, de paille et de boue comme le montre les petit trous qui servaient à glisser des chevilles en bois.

buddha bamiyan

La partie supérieure des bouddhas étaient sans doute faite d’un masque en bois ou en métal. Les parties inférieures et les bras étaient, eux aussi, d’un mélange de paille et d’argile soutenues par des structures en bois.

Ces bouddhas comme les fresques du site étaient peintsà l’huile. Elle servait à améliorer le rendu des expressions de visage, des drapés, des robes et des mains.

Simulation des couleurs d’origine simulation couleur des bouddha de bamiyan

fresque de bamiyan

Certaines de ces peintures faites à l’huile sont à ce jour les plus anciennes au monde. l’utilisation et la technique de la peinture est donc,  bien plus ancienne que leur apparition au XIVème et XVème siècle en Flandre et en Italie.

Marie Cote, chercheuse au laboratoire du Centre de recherche et de restauration des musées de France, s’exprime en ces termes :

– Ces travaux ont révélé un des plus anciens exemples d’usage d’huile en peinture. Mais il en existe certainement d’autres plus anciens que l’on ne connaît pas encore…

 

La destruction des bouddhas :

Ces bouddhas monumentaux vont connaître un destin funèbre en 2001.

Ils ont été dynamité par les talibans en 2001.

Destruction des bouddhas de Bâmiyân
destruction des bouddha de bamiyan 2001

Cavité après destruction

cavité du bouddha detruit

Malgré les interventions diplomatiques venues du monde entier, entre autre, le Japon, le Sri Lanka, et la France, personne n’est parvenu à faire entendre raison au régime des Talibans. Pourtant des propositions avaient été faites, comme couvrir les bouddhas ou les démonter pour les reconstruire ailleurs.

 

Aujourd’hui :

Ces bouddhas disparus aujourd’hui, ne pourront jamais être restaurés, l’UNESCO ne jugeant pas comme prioritaire le chantier de restauration.

Bâmiyân aujourd’hui…les hommes comme les statues… mutilésbuddha détruit 2

Suite à cette destruction, le site fait toujours l’objet d’une étude approfondie des fresques exécutées par ces moines ermites ou simples pèlerins pendant des siècles.

On peut dire, encore une fois, que le crime contre la culture n’est passible que d’oubli et d’immobilisme par “la cour pénale des régimes belliqueux et sans scrupules…”

La religion (pour lesquelles elles sont réalisées) et les hommes (quels qu’ils soient), ne doivent- ils pas être les gardiens farouches de ces œuvres monumentales?

Ces œuvres sont elles condamnées à la destruction pour des raisons de pouvoir?

N’est-ce pas là le patrimoine mondial de l’humanité?

2 thoughts on “le triste destin des bouddhas de Bâmiyân

  1. Ce qui est gênant avec vous, c’est qu’à chaque fois on est obligé de se répéter : « Superbe article ». A la longue vous aller finir par croire que c’est un copier/coller 😉
    Alors pour changer, je vais vous dire Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *